95% des importateurs actifs déjà inscrits à Portnet

0
529

Le nombre d’inscrits étaient de 8 490 importateurs en juillet dernier. Le délai de traitement des titres d’importation est tombé à moins de 4 heures contre plusieurs jours auparavant.

Comme attendu, le nombre de titres d’importation créés via Portnet a explosé depuis que la dématérialisation de la procédure de domiciliation est devenue obligatoire en juin dernier. Avant cette date, seules quelques centaines de titres étaient comptabilisés par Portnet chaque semaine. Lors de la dernière semaine de juin, on en était à 4 252, confirmant ainsi la tendance exponentielle constatée depuis le 25 mai. Les statistiques qui nous ont été transmises par le gestionnaire de la plate-forme de dématérialisation, Portnet SA, ont tout de même de quoi interpeller. Alors que la logique veut que les importateurs anticipent l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation et s’inscrivent à l’avance, ils ont attendu la dernière minute pour le faire. C’est ainsi que jusqu’à fin mai, les inscrits dépassaient à peine les 4 000. A fin juillet, leur nombre a plus que doublé pour atteindre 8490. La barre des 10 000 devait être franchie en août. «Aujourd’hui, nous estimons que 95% des importateurs actifs et réguliers sont inscrits à Portnet», explique Jalal Benhayoun, directeur général de Portnet SA.

Sur les 24 000 opérateurs recensés comme importateurs, plus de la moitié seraient inactifs et une partie de ceux qui restent sont des importateurs occasionnels. Pour cette population,«l’inscription à Portnet ne se fera certainement que lorsqu’un importateur aura des opérations à traiter», ajoute la même source. Ce sera obligatoire car, désormais, aucune banque de la place n’accepte de domicilier manuellement le titre d’importation. 

Le système sera élargi à d’autres opérations dans les mois à venir

L’adhésion du secteur bancaire au projet Portnet depuis plusieurs mois a d’ailleurs contribué significativement aux résultats actuels. Mais elle n’est pas la seule. A en croire le top management de Portnet, les gains qui ont découlé de ce projet ont également permis d’accélérer le processus de transition vers la plate-forme, même quand la procédure n’était pas encore obligatoire. Alors que la domiciliation manuelle du titre d’importation pouvait prendre plusieurs jours, avec le risque de perte des documents lors des échanges entre l’importateur, son banquier et les services de l’administration, ce délai est tombé à moins de 4 heures en moyenne à fin juillet. D’autres procédures également dématérialisées ont connu des améliorations semblables. C’est le cas du délai de traitement des avis d’arrivées par l’ANP qui est passé de plus d’une heure à moins de 20 minutes. Il est à noter qu’actuellement toutes les démarches liées à la phase «escale» des navires sont dématérialisées. Certaines procédures sont entièrement traitées via Portnet, bien que cela ne soit pas obligatoire. D’autres, comme le dépôt du manifeste, sont traités à 94% via la plate-forme. Pour ce qui est des phases «enlèvement» et «titre de change», des expériences pilotes sont menées en vue d’une dématérialisation de l’ensemble de la procédure.

Younès Tantaoui. La vie éco

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE