GPL : demande en hausse de 4% par an

0
248

Selon le document d’Afriquia gaz, les produits de GPL conditionnés sont destinés à l’usage domestique tandis que les produits en vrac répondent à une demande industrielle et professionnelle (industries céramiques et métallurgiques, tourisme, etc.).
Ainsi, la demande en GPL conditionné – particulièrement le butane – est corrélée à l’accroissement du nombre de ménages, à l’urbanisation de la population ainsi que le développement du nombre de logements tandis que l’évolution des ventes du GPL en vrac est liée à la croissance de la production industrielle en général.
Se référant au le Haut-Commissariat au Plan (HCP), Afriquia gaz précise que le nombre de ménages est passé d’environ 6,5 millions de ménages en 2010 à plus de 7,3 millions de ménages en 2015 et devrait dépasser les 10,1 millions de ménages à horizon 2030. Ainsi, la croissance annuelle moyenne du nombre de ménages est estimée à 2,2% sur la période prévisionnelle. En milieu urbain, ce taux devrait s’établir à 2,4% par an. En effet, selon le Haut-
Commissariat au Plan (HCP), le taux d’urbanisation de la population a gagné 2,2 point passant de 57,8% en 2010 à 60,0% en 2015. A l’horizon 2050, le taux d’urbanisation devrait se situer aux alentours de 68,5%.
Cette croissance démographique induit une demande croissante en logements, alors que l’offre existante est insuffisante.
Pour faire face au déficit en matière de logement et répondre à une demande en constante progression, l’Etat mène depuis plusieurs années une politique volontariste qui vise la production de 100 000 logements sociaux par an.
Par ailleurs, l’augmentation du nombre d’unités hôtelières, dans le cadre de la Vision 2020, devrait contribuer à la croissance de la consommation de GPL vrac.
Concernant la production industrielle, les investissements prévus dans les différentes branches, devraient se traduire par une hausse sensible de la consommation de GPL.
Le Plan d’accélération industrielle 2014-2020 se veut une feuille de route devant donner une impulsion nouvelle au secteur industriel et renforcer sa place en tant que pourvoyeur d’emploi et levier de croissance, il s’agit d’un plan ambitieux doté de 20 milliards de dirhams et qui table sur la création à terme d’un demimillion d’emplois ; l’objectif est d’augmenter la part de l’industrie dans l’économie nationale pour qu’elle passe de 14% à 23% du PIB d’ici 2020 .
Selon les estimations du ministère de l’Energie et des Mines, la croissance annuelle moyenne des besoins en GPL du Maroc devait s’établir à 3,9% sur la période 2009 – 2014, passant de 1,9 million de tonnes en 2009 à 2,3 millions de tonnes en 2014. Cette croissance devrait se poursuivre jusqu’en 2030 et la part des GPL dans la demande de produits pétroliers devrait suivre cette tendance. Sur la période 2014-2030, la consommation du GPL devrait connaître une croissance annuelle moyenne de 4,7%, pour s’établir à 5,0 millions de tonnes. Compte tenu de ces perspectives de croissance de la demande, l’Etat marocain a opté pour une stratégie qui s’articule autour de 3 axes :
– Développement des capacités d’importation et de réception
La part de SAMIR dans l’approvisionnement national ne représente plus que 5,0% en 2012 et devrait baisser dans les prochaines années. Cette situation nécessite de l’ensemble des opérateurs du secteur des investissements importants en matière de capacités de réception afin d’assurer un approvisionnement suffisant, continu et régulier pour le marché.
– Développement des capacités de stockage et de transport
Les capacités de stockage existantes au niveau des distributeurs représentent 45 jours de consommation. Cet axe vise principalement le renforcement du stock de sécurité du pays à travers un investissement massif en infrastructures de stockage et de transport. L’objectif étant d’atteindre 60 jours de consommation.
Les projets de développement entrepris par le Maroc permettront de satisfaire les besoins nationaux en GPL jusqu’à l’horizon 2020.

Développement du gaz naturel

Dans sa stratégie énergétique, le Maroc prévoit la possibilité de recourir au gaz naturel comme source d’énergie « propre ». Ce choix stratégique ouvre des perspectives très intéressantes aux opérateurs du GPL dans la mesure où ils sont les mieux placés pour jouer un rôle important dans ce domaine.
Le développement du gaz naturel constitue une option de diversification intéressante pour les opérateurs du secteur du GPL. Néanmoins, l’introduction de cette solution énergétique nécessitera des investissements massifs en termes de capacités de réception (port gazier, unité de regazéification), de stockage et de transport (réseau de gazoducs).

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE