Territoire : Cap sur 2040

0
203

Le ministère compte mettre en œuvre un ensemble de réformes d’ordre technique, législatif, institutionnel et réglementaire

Le ministère s’est fixé comme objectif majeur la préparation du devenir des territoires à l’horizon 2040. L’idée est de poursuivre les efforts en vue de développer un urbanisme durable, résilient et opérationnel.

C’est un signal fort. Le ministère de Nabil Benabdellah dans le nouveau gouvernement est désormais d’abord celui de «l’Aménagement du territoire national et de l’urbanisme», une mission placée dans l’appellation du département devant «l’Habitat et la politique de la ville». C’est dire toute l’importance que l’Exécutif compte donner à ce volet sur les années à venir. Le ministère a en fait déjà établi des orientations précises en la matière.

Il s’est ainsi fixé comme objectif majeur la préparation du devenir des territoires à l’horizon 2040, apprend-on auprès du département. L’idée est de poursuivre les efforts en vue de développer un urbanisme durable, résilient et opérationnel fondé sur la concertation, la participation et l’incitation, et qui devrait se décliner concrètement à travers un programme national de l’urbanisme durable qui se base sur quatre piliers opérationnels et stratégiques. En premier vient la planification stratégique durable.

Il s’agit de mettre en place une nouvelle génération de documents d’urbanisme mettant en exergue l’urbanisme durable permettant d’édifier des établissements humains ouverts à tous, sûrs, résilients et durables. Le deuxième pilier renvoie à la durabilité des territoires et vise à promouvoir des approches innovantes au niveau des territoires, notamment celles des éco-quartiers et des éco-cités, de l’agriculture urbaine, de développement du potentiel de densification des villes, de recyclage du foncier, de renouvellement urbain et de réhabilitation des carrières dans les villes… Le tout dans la perspective et l’ambition d’une co-construction de la ville durable.

Rehausser la qualité architecturale et paysagère dans le respect des identités locales

En troisième lieu il s’agit de mettre l’accent sur la résilience des territoires en dotant à court et moyen termes l’ensemble du territoire national de cartes d’aptitudes à l’urbanisation en tant que documents de référence permettant de prendre en considération la dimension du risque des catastrophes naturelles lors du processus de la planification urbaine et notamment en phase d’élaboration des différents documents d’urbanisme. Une trentaine de cartes de ce genre est prévue dans le cadre du programme gouvernemental. Le dernier pilier renvoie enfin à la transformation numérique des territoires. L’idée est de mettre en place des schémas directeurs pour la transformation numérique des villes permettant la construction d’une vision opérationnelle du processus de numérisation des territoires et le développement des services en ligne.

A côté de tout cela, le ministère compte mettre en œuvre un ensemble de réformes d’ordre technique, législatif, institutionnel et réglementaire régissant l’urbanisme mais aussi des programmes opérationnels permettant d’asseoir des bases de développement territorial, la modernisation et l’amélioration des outils de veille et de suivi sans négliger le renforcement des capacités et la mise à niveau des acteurs. Une autre mesure inscrite au programme du département porte sur le développement d’une politique nationale urbaine et de modèles rénovés de développement urbain en vue d’asseoir les principes de l’urbanisme durable. Vient ensuite l’accompagnement et l’encadrement technique et juridique du secteur de l’urbanisme, ainsi que de ses acteurs et intervenants. D’autres mesures portent sur l’accompagnement et l’appui des stratégies sectorielles en vue d’assurer leur bon établissement, leur cohérence et leurs impacts territoriaux. Il s’agit aussi de développer des mécanismes d’observation et de veille pour le suivi des différents phénomènes urbains. Le ministère de tutelle devrait en outre accorder une place importante à la préservation et la valorisation du patrimoine architectural et du paysage. Il s’agit dans la même veine de promouvoir et de rehausser la qualité architecturale et paysagère dans le respect des identités locales. Cela devrait passer entre autres par le renforcement et l’amélioration de la formation au métier d’architecte et d’urbaniste sachant que le ministère compte dérouler un encadrement et une assistance des intervenants dans le domaine de la production architecturale.

600 documents d’urbanisme à produire d’ici 2021 !

La production de documents d’urbanisme sur les dernières années a été soutenue et le ministère de l’aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville ne compte manifestement pas relâcher la cadence.

Il se fixe ainsi pour objectif de généraliser la couverture du territoire national en documents d’urbanisme avec la programmation de 600 documents à l’horizon 2021.

Dans le lot figurent les schémas directeurs d’aménagement urbain en se focalisant sur les aires urbaines fonctionnelles, les zones à forte pression et les territoires qui connaissent des dynamiques importantes de développement. Ce à quoi s’ajoutent les plans d’aménagement ainsi que les plans de développement des agglomérations rurales.

Ajourd’hui Le Maroc

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE